Mémoire : Les effets de l'ostéopathie sur les nouveaux nés prématurés

CONTEXTE : Les nouveau-nés prématurés sont confrontés, trop tôt, à un environnement « extra-utérin », non adapté à leurs besoins. Les services de néonatologie ont mis en place des prises en charges spécifiques, pour favoriser l’adaptation du nouveau-né à son nouvel environnement. Les principes de l’ostéopathie rejoignant les objectifs de ces prises en charge, nous avons souhaité évaluer l’ostéopathie comme discipline complémentaire pour l’amélioration de l’inconfort des nouveau-nés prématurés.

MATERIEL ET METHODES : Nous avons réalisé une étude prospective randomisée en simple aveugle sur 12 nouveau-nés du service de Néonatologie du Centre Hospitalier Poissy-Saint-Germain-en-Laye, sur une période allant du 13 novembre 2012 au 7 février 2013. La population était divisée en deux groupes, l’un bénéficiant de la prise en charge usuelle de l’inconfort, l’autre bénéficiant de cette prise en charge et d’un traitement ostéopathique (2 séances à une semaine d’intervalle). Les critères d’évaluation étaient les échelles EDIN et Osteogar.

RESULTATS : Le faible effectif n’a pas permis d’établir de différence significative entre les deux groupes. Néanmoins, les scores EDIN et Osteogar des nouveau-nés traités en ostéopathie, avaient tendance à diminuer de manière plus importante que ceux des nouveau-nés non traités, 48h après la séance. Nous avons pu évoquer, par l’analyse de courbes retraçant l’évolution des scores, l’hypothèse d’une « réponse ostéopathique ».

CONCLUSION : L’ostéopathie, en contribuant à un « mieux être » des nouveaunés, faciliterait l’établissement de la relation mère-enfant, et pourrait être envisagée comme discipline complémentaire des prises en charge usuelle, dans l’amélioration du confort du nouveau-né prématuré. Cette étude a permis de mettre en avant de nombreuses pistes de recherche, notamment sur la « réponse ostéopathique » qui mériterait un approfondissement et pourrait être un point de départ pour l’établissement de schémas thérapeutiques individualisés et adaptés à chaque nouveau-né.

Etude menée par Gwennaël Guillet (sage-femme) et Fabien Collombelle (ostéopathe)

Actualités
Archives